dimanche 11 février 2018

Et toi, t'écoutais quoi à 14 ans ?

Très intéressant cet article de Marie Slavicek paru dans Le Monde (Big Browser) : On n’oublie jamais la musique de ses 14 ans. Elle commente les recherches de Stephens-Davidowitz, journaliste du New York Times, qui montre comment nos goûts musicaux sont très influencés par la musique que l'on écoutait à l'âge d'environ 14 ans.

"Chez les hommes, les tubes sortis quand ils avaient en moyenne 14 ans (entre 13 et 16 ans) sont intrinsèquement liés à leurs goûts musicaux une fois adultes. Et chez les femmes ? En moyenne, leurs chansons préférées une fois adultes sont sorties lorsqu’elles avaient 13 ans (entre 11 et 14 ans)".


C'est là que Google (ou Wikipedia) rentre en jeu : un rapide calcul, j'avais 14 ans... en 1983 ! Hop je tapote "musique 1983" et je valide cette étude avec la play-list suivante qui, incontestablement, a influencé ma culture musicale :
  • David Bowie : Let's Dance / China Girl / Modern Love
  • The Police : Every Breath You Take
  • Mickael Jackson : Billie Jean / Beat it
  • Musical Youth : Pass the dutchie
  • Madonna : Holiday
  • U2 : Sunday Bloody Sunday / New Year's Day
  • Cindy Lauper : Girls Just Want to Have Fun
  • Tears for Fears : Mad World
  • Yes : Owner of a lonely Heart
  • New Order : Blue Monday
  • ...
Voilà au même moment, la télé française diffusait : 
  • Jakie Quartz : Mise au point
  • La Compagnie créole : C’est bon pour le moral 
  • Les Forbans : Chante
  • Rose Laurens : Africa
  • ...
Vous comprendrez donc pourquoi la musique anglo-saxonne a marqué durablement mes goûts musicaux.

Spéciale dédicace à Maïa... pour ses 14 ans :

dimanche 10 septembre 2017

Le programme musical de Jean-Michel Guenassia

Seconde lecture de Jean-Michel Guenassia. Après Le Club des incorrigibles optimistes (Goncourt des lycéens 2009), De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles, un livre paru cet été. Vous imaginez bien qu'un titre pareil avait toutes les chances d'attirer le fan de musique que je suis. A vrai dire, même si la musique (et David Bowie !) joue effectivement un rôle tout à fait particulier dans le récit, elle n'est pas le sujet moteur du roman. Il s'agit plutôt de suivre la vie animée d'un jeune parisien de 17 ans, Paul, à l'apparence féminine et dans le même temps attiré exclusivement par les femmes. Une particularité qui lui permettra de fréquenter les boîtes lesbiennes... pour mieux y draguer les filles attirées par son profil androgyne ! Une position difficile à tenir et qui le conduira rapidement à entrer en conflit avec une mère peu orthodoxe, Léna. Lesbienne, tatoueuse de profession, fan de hard-rock et de Harley-Davidson, celle-ci fait montre de peu de sentiments pour son entourage proche. Tant et si bien que c'est souvent la compagne de Léna qui se retrouve forcée de jouer le rôle de la mère de Paul face aux professeurs ou aux parents de son pote de lycée. Petit extrait :

Pour faire bref, ma mère ne tatoue que des femmes.
Exclusivement.
Il n'existe qu'une exception connue (je l'évoquerai peut-être plus tard). Les hommes sont interdits de citer chez elle. Dans sa vitrine, il y a un grand panneau rouge de sens unique, avec écrit sur la bande blanche "Women only". La porte est fermée comme dans une banque, ne s'ouvre que de l'intérieur, une caméra permet de voir qui se présente, et si un mâle souhaite entrer, il découvre alors Women only qui s'illumine et clignote, et il reste dehors. Elle ne répond à aucune demande formulée par un homme. Même célèbre. Ce qui, au départ, n'était qu'un coup de tête s'est révélé d'une incroyable efficacité marketing.

Pas de spoiler. Si vous voulez savoir ce que David Bowie a pu faire l'été 97. Ce qu'il se passe lorsque les clientes d'une boîte lesbienne s'aperçoivent qu'un loup est dans la bergerie. Et pourquoi cet article se termine avec la version de In the Mood for Love par Brian Ferry : direction votre librairie préférée !

jeudi 24 août 2017

Retour de vacances

Comme vous le savez, l'été est l'occasion de chauffer tout un tas de choses dont l'auto-radio (ou le lecteur bluetooth pour les mieux équipés). Je note sur le chemin des vacances de cette année une très nette tendance revival avec le retour de groupes (plus ou moins) historiques et (plus ou moins) attendus.

The Jesus & Mary Chain - Damage & Joy
Alors eux franchement, on ne pensait pas vraiment les retrouver en CD (ou vinyle pour les mieux équipés). Les précurseurs du shoegaze avaient fermé boutique en 1998 et même si ils étaient remontés sur scène (à Coachella en 2007) le chemin vers le studio semblait plus que tortueux. Et pourtant voilà qu'en avril sortait Damage & Joy, leur 7ème album, quasi 20 ans après le précédent. Un retour séduisant pour les frères Reid qui malgré leur âge - 55 ans pour Jim, 58 pour William - n'ont pas pris une ride artistique. Une belle surprise...




Grizzly Bear - Painted Ruins

Un clip bien barré avec la troublante Clémence Poésy en guest... et des paires de fesses masculines utilisées comme percussions ! Côté musique, on reste un peu déçu quand même, l'album ne semblant pas au niveau de l'excellent Shields sorti en 2012. Pour l’instant, le groupe n’a annoncé qu’une seule date française, et ce sera le 16 octobre à l’Olympia.




Angus & Julia Stone

De Grizzly Bear à Angus et Julia Stone la transition est simple, n'est-ce pas ? En tout cas, le retour du duo australien n'est pas vraiment une surprise dans la mesure où ils nous ont habitués à un album studio tous les 3 ou 4 ans. Le 4ème baptisé Snow sortira à la fin de l'été. De quoi cocooner tout l'automne au coin du feu (ou du radiateur électrique pour les moins bien équipés) avec la boisson chaude de votre choix.




King Krule - Czech One / Dum Surfer

Silence radio depuis 2013 (déjà ?) de notre chanteur rouquin préféré et son formidable Easy, Easy. King Krule revient avec deux titres en vinyl chez XL Recordings. Le premier est un morceau calme, très calme, qui nous confirme que l'été est bien terminé et qu'il est temps de ranger ses tongues et son jeu de molkky... King Krule sera en concert le 26 novembre au Casino de Paris et surtout : le 29 novembre à L’Épicerie Moderne de Feyzin !!!

mardi 4 juillet 2017

Alive and kicking

Pendant 15 ans, et à l'occasion de plusieurs centaines de concerts, Luz s'est pointé avec son carnet et ses crayons. Il a croqué les groupes, les stars mais aussi les backstages, le public, les fans, les festivaliers. Résultat en avril dernier, la sortie d'un album aussi lourd qu'un pavé au titre doublement évocateur pour celui qui a échappé aux tueurs de Charlie Hebdo un matin de janvier 2015 : Alive.

Une réponse aux attentats du Bataclan possiblement, pour le dessinateur qui, escorté par des policiers en permanence, ne peut plus assister à aucun concert. "Un concert, c’est un espace de liberté. On n’y va pas avec un boys band".

Publié chez Futuropolis, Luz se dessine, reporter gonzo des festivals et des salles, livrant ses souvenirs de DJ et de passionné de la musique d’Iggy Pop, Motörhead ou d'Alain Bashung. 400 pages que l'on ne parcourt pas d'un trait mais qu'on savoure à intervalles réguliers. Comme un planning de bons concerts.

L'occasion aussi de retrouver des groupes ou des artistes un peu oubliés ou remisés au fin fond de la discothèque. Finalement un cadeau idéal pour vos copains-copines rockers, à qui vous en avez marre d'offrir des vinyles, des tee-shirts de Joy Division et des places de concert...

Alive - Luz chez Futuropolis
Première parution : 06/04/2017 240 x 335 mm 400 pages Prix de vente : 36 €

lundi 12 juin 2017

Nick Cave - Mercy on me

Un projet BD en cours de réalisation découvert à Lyon pendant le Festival BD. "Le livre sera une sorte de biographie mais enrichie d'éléments fantastiques et d'excursions dans l'univers des chansons et des histoires de Nick Cave. Même si ce dernier n'a pas écrit directement de texte pour la bande dessinée, il est impliqué dans le processus de création" selon l'auteur Reinhard Kleist.

A paraître en août en Allemagne (éditions Carlsen) et aux USA et en Angleterre (Selfmade Hero).

jeudi 8 juin 2017

Trois raisons d'aller voir Foals aux Nuits de Fourvière

1/ Parce que ce sera certainement le concert le plus rock de cette programmation estivale. Le groupe d'Oxford est un groupe de scène, taillé pour un lieu comme Fourvière qui demande beaucoup de présence et d'énergie.
2/ Parce que le groupe a annoncé qu'il jouerait des morceaux inédits, ainsi que des morceaux qu'il n'a pas joué depuis longtemps. Alors pas de nouvel album depuis What Went Downen 2015... mais on s'en moque un peu, non ?
3/ Parce que sur ce blog -comme Bernard Lenoir en son temps- on reste fidèle à un certain nombre de groupes. Foals fait partie de la liste. Qui plus est, en quatre albums remarquables, la bande de Yannis Philippakis a fait preuve de pas mal de créativité, tout en affichant une certaine constance dans le propos musical.

Alors, convaincu ?

mercredi 31 mai 2017

Chiens drôles et féroces


Dans le cadre du Coup de coeur des blogueurs, une Pile de disques et les Nuits de Fourvière vous offrent deux places pour la représentation du jeudi 8 juin. Pour participer envoyez un mail ici.

Les Chiens de Navarre sont une troupe de théâtre, un collectif. A l'instar des Deschiens ou des Monty Python. Leur chef de meute s'appelle Jean-Christophe Meurisse et réunit autour de lui une dizaine de comédiens, sensiblement les mêmes depuis la création de la compagnie en 2004. Une bande tellement habituée à jouer ensemble qu'ils n'hésitent pas à improviser sur des thèmes connus. Comme un jazz band. Leurs interactions, leurs joutes, leurs confrontations façonnent des spectacles décapants, parfois dérangeants, où le quatrième mur se fissure et craque, laissant le spectateur dans une zone d'inconfort.

Pas d'oeuvre, pas de texte, pas d'écriture au préalable. Le postulat est toujours le même. Les improvisations et le matériel de départ mènent à soixante ou soixante-dix situations différentes. A la fin du travail de répétition, il en reste une quinzaine. De là se crée la dramaturgie. Jean-Christophe Meurisse arrête des situations mais laisse libre court à l'improvisation tout au long du processus. "Les acteurs savent qu'ils vont jouer les mêmes rôles, ils savant que la mise en scène sera semblable, ils connaissent le canevas mais ils ne savent pas précisément ce qu'ils vont dire à leurs partenaires. Ca crée de l'attention".

De la tension aussi. Car si ils sont souvent drôles, les Chiens de Navarre savent aussi sortir les crocs. Par exemple lorsqu'ils mettent en scène les pulsions les plus noires au milieu d'un banal dîner entre voisins (Une raclette, en 2008). Ou lorsque la discussion entre associations et élus locaux tournent au dialogue de sourds (Nous avons les machines, 2012).

Créée en plein air à l'Odéon, leur nouvelle création, Jusque dans vos bras, s'attaque à l'identité française. De Gaulle, Robespierre, Napoléon et Obélix convoqués sur le divan pour une psychanalyse de la France. "On peut tout se permettre, tout dire même l'impensable. C'est possible. Les bouffons pouvaient même se payer la tête du roi face au peuple et le roi riait. Par contre, après, quand tout ça était terminé, c'était les plus tristes des êtres". Les Chiens de Navarre nous donnent rendez-vous pour un autre odéon, celui de Fourvière. Et tenteront de répondre à cette question qui nous taraude : "Quelle est donc cette fameuse identité française qui fait tant débat de nos jours et qui pourrait nous amener, dans nos visions les plus sombres, à une guerre civile ?".

Jusque dans vos bras - Nuits de Fourvière 2017- Odéon
  • Mercredi 7 Juin, 21h30
  • Jeudi 8 Juin, 21h30
  • Vendredi 9 Juin, 21h30
  • Samedi 10 Juin, 21h30
  • Dimanche 11 Juin, 21h30
Projection d'Apnée au cinéma Comoedia le samedi 10 juin à 11h15. Présenté par Jean-Christophe Meurisse en présence des acteurs des Chiens de Navarr.

lundi 29 mai 2017

Nuits de Fourvière : coup de coeur des blogueurs #2

Nuits de Fourvière 2017

C'est reparti pour le plus estival des festivals lyonnais !!! Théâtre, musique, danse, opéra, cirque... Fourvière sera de nouveau le cadre de soirées mémorables à partir de ce jeudi 1er juin. C'est M qui ouvre le bal avec son nouveau spectacle Lamomali.

Dans cette programmation pluri-disciplinaire, quelques concerts ont  retenu d'emblée l'attention d'Une pile de disques : Foals le 28 juin, Alt-J le 4 juillet et Royal Blood le 10 juillet.

Nouveauté de cette année, ce n'est pourtant pas de musique dont je vous parlerai dans quelques jours mais plutôt de théâtre avec la compagnie des Chiens de Navarre. Dans le cadre du Coup de coeur des Blogueurs, je vous présenterai Jusque dans vos bras, la nouvelle création de cette compagnie décapante. Pour les fans, ce sera aussi l'occasion de gagner des places !

Voici la liste des blogs sélectionnés cette année. A travers leur coup de coeur, ils vous feront découvrir toute la richesse de la programmation 2017 des Nuits de Fourvière :

• Who Cares ? Extrait de culture à Lyon (et ailleurs)
http://who-cares.fr

Toute ouïe - Le blog musical qui ouvre ses oreilles en grand
https://touteouie.wordpress.com

Soul Kitchen - Webzine musique dédié aux artistes indé
http://www.soul-kitchen.fr/

Le Mauvais Coton
https://www.lemauvaiscoton.fr/

Lyon City Crunch
http://lyon.citycrunch.fr 

Le gros tas de zik
http://www.legrostasdezik.com/ 

United States of Paris
www.unitedstatesofparis.com 

Little Lions
http://www.littlelions.fr 

Le Bonbon
https://www.lebonbon.fr/lyon/

Ocean of Noise
http://oceanofnoise.fr 

Alchimie du verbe
https://alchimieduverbe.com/

Nouvelles répliques
https://nouvellesrepliques.wordpress.com